Détail du livre

PARTAGER LA PAGE

THALASSO-CRIME

Code EAN13: 9782367950136

Auteur : TEISSON JANINE

Éditeur : CHEVRE FEUILLE


   Disponible sur commande

Extrait

17 décembre 2003

Un crime à l'institut de Thalassothérapie, je vois très bien ça. Ça pourrait se passer ici, dans la baignoire, cabine 7. Ou sous les douches multi jets, mais la victime serait debout et bien éveillée, et Psychose, ça a déjà été fait et refait en pire. En tout cas, le fait que les filles en blanc installent les clients, appuient sur les boutons puis les laissent mariner seuls douze, vingt ou trente minutes selon la recette, est une sacrée facilité pour l'assassin. Que font-elles pendant ce temps ? Elles préparent la boue d'algues, dans le petit estanco, derrière le comptoir, j'ai vu ça tout à l'heure. Il m'a semblé que l'une d'elle offrait une tisane à une cliente. Je ne sais pas si on doit demander, mais de toute façon, je n'ai pas envie de leur tisane. Toute cette eau me donne tellement envie de pisser ! J'attends sur les sièges en plastique, avec mon maillot de bain glacé sous mon peignoir, et je n'ai envie que de fuir.
Je me sens mal, vraiment mal. Quand j'ai ouvert l'enveloppe j'aurais dû tout de suite leur dire qu'ils s'étaient trompés. Leur dire que c'était ma seule semaine entièrement libre depuis l'été et qu'ils me la prenaient pour m'envoyer en thalassothérapie. Ces derniers mois ont été rudes. Enterrer son père, même si c'était un abruti, est rude. J'aspirais à cette semaine de totale solitude. J'ai tellement de choses à écrire, à revoir. Et je suis là, en peignoir, pieds nus, assise sur un fauteuil en plastique blanc, dans un hall carrelé de blanc et j'attends qu'une fille en blouse blanche vienne me chercher. J'ai envie de vomir, de me planter là et de hurler. NOOON !
Je me sens tellement tendue, tellement déplacée ici. Que se passe-t-il ? Une blouse entre deux âges parle d'un ton sévère à une plus jeune près d'une porte en fer qui doit, si mon sens de l'orientation est toujours bon, donner sur la plage. Issue de secours. «Vous savez que cette porte doit être ouverte à partir de neuf heures. C'est vous qui arrivez la première, c'est la première chose que vous devez faire. C'est compris ?» La jeune fille, le visage fermé, baisse la tête et introduit la clé dans la serrure. Dans quelles circonstances pourrait-on avoir besoin d'emprunter cette porte ? Laissons de côté l'incendie bien improbable en ce séjour humide, mais le système de chauffage de l'eau pourrait se dérégler. Tous les curistes jailliraient en peignoir, rubiconds, cloques, hors de la cocotte-minute. Une issue de secours pour les homards.
Je m'attendais à plus de convivialité entre curistes, au moins à des bribes de conversation. Pas du tout. C'est une sorte de supermarché où les clients consomment, sans regarder leurs voisins, des soins qui vont regonfler leur stock d'énergie, de beauté, de jeunesse, que sais-je ? Des soins uniquement aquatiques, physiques et mécaniques. L'âme reste au vestiaire. L'esprit itou. Le sens de l'esthétique, n'en parlons pas. Ces fantômes en peignoirs blancs, les cheveux dégoulinants, sont-ils muets ? Ce n'est pas que j'aie forcément envie de deviser avec ces stakhanovistes de la remise en forme, mais tout de même, comme disait ma grand-mère : «Les chiens se sentent bien le derrière, tu peux dire bonjour à la dame !»
  • ean
    9782367950136
  • Auteur
  • Éditeur
    CHEVRE FEUILLE
  • Genre
    Romans
  • Date de parution
    23/01/2014
  • Support
    Broché
  • Description du format
    Version Papier
  • Poids
    170 g
  • Hauteur
    180 mm
  • Largeur
    110 mm
  • Épaisseur
    15 mm
Aucune actualité liée